Politique

Paolo Solonavalona, le bouillant directeur de campagne du pasteur gourou de l’église de l’Apocalypse André Mailhol a publié ceci vendredi dernier, sur sa page Facebook :
« Raha samborina fotsiny tsy nanao hadisoana na nandika lalana ny iray aminay sy ny Kandida tohanako André MAILHOL, hanaiky izany ve ianareo mpiara-mitolona aminay? »
Ce qui, librement traduit, donne : « Si on nous arrêtait sans qu’on n’ait commis aucune infraction, moi ou le candidat que je soutiens André Mailhol, allez-vous accepter cela, vous qui êtes nos partisans ? »



Quelle mouche a donc piqué la candidate numéro 24 Fanirisoa Ernaivo, membre assidu du Collectif des 25 candidats –dénomination caduque puisqu’ils n’étaient plus que 12 à être présents lors de leur dernière rencontre avec la population hier- qui réclamaient la réouverture de la liste électorale et, de ce fait, le recul de l’élection présidentielle du 7 novembre prochain ?

Mafana ny toe-draharaham-pirenena ankehitriny. Ifandritahan’ireo mpilatsa-kofidiana indray ny hanatanterahana na tsia ny fifidianana eto Madagasikara. 

Fitakiana miharo tahotra manoloana ny kandidà izay heverina ho manana herijika betsaka amin’ny fifidianana.

Ny fiainam-pirenena sy ny fiainan’ny vahoaka Malagasy iray manontolo mihitsy amin’izao fotoana izao no lalaovin’ireo kandidà miisa 25 tsy be mpanohana. Kandidà tsy manana fahavononana hiatrika ny fifidianana akory fa mikasa ny hamboly korontana vaovao amin’izao herinandro vitsy tsy ahatongavan’ny datim-pifidianana izao. 

Imerintsiatosika, Manjakandriana, Antanifotsy et Manandriana sont les localités qui ont reçu la visite du candidat n°13, en ce début de semaine. Comme à chacun de ses déplacements, Andry Rajoeline a suscité l’enthousiasme des citoyens et une foule immense a répondu présent à chaque meeting. A Imerintsiatosika, le stade Fanantenana était plein comme un œuf.

Trois ans après le lancement du permis et carte grise biométriques, l’Etat reconnait enfin que l’opération n’est finalement que de l’arnaque. Une arnaque dénoncée par la presse suite au témoignage d’un compatriote résidant aux Etats-Unis qui en a fait une mauvaise expérience avec les autorités locales en présentant son permis biométrique de Madagascar. C’était pourtant un appel dans le désert face au silence du ministre de l’Intérieur de l’époque, Mahafaly  Solonandrasana, et du représentant de la société slovène à Madagascar, Eric Rajaonary.

Les forces de l’ordre, l’administration et même le système judiciaire à Morondava se montrent impuissants pour réprimer les trafiquants de bois de palissandre au niveau local. La forêt de Menabe Antimena est à la merci des trafiquants qui agissent en toute impunité. Il s’agit d’une aire protégée d’une superficie de 12 500 ha située à 60 km au nord de la capitale de Menabe,